Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:00

Dans un précédent article, je vous présentais les filières énergétiques (voir ICI). Aujourd'hui on se penche plus particulièrement sur ce qui se passe en karaté. Le mieux, c'est de prendre des exemples vécus... Mais sérieux cette fois !

Colin.jpgColin participe pour la première fois aux championnats de ligue. Il est stressé. Son corps secrète de l'adrénaline. Il sautille un peu sur place, met en jeu ses articulations, fait ses étirements comme on lui a appris. Je lui dis "échauffe-toi !", il me répond "c'est fait"... Je lui dit "c'est insuffisant, bouge, sautille !"... Il fait des petits sauts, sur quelques dizaines de secondes et s'arrête. Le combat commence, il n'a pas de piles. Il fait ce qu'il peut, sa tête essaye, mais son corps ne suit pas. Il est lent, aucune technique n'est comptabilisée... Voici une hypothèse, pour expliquer ce phénomène d'un point de vue physiologique. En sautillant quelques dizaines de secondes, en s'arrêtant, en reprenant plus tard, Colin est resté uniquement dans le filière anaérobie lactique. Ses muscles sont coincés par l'acide lactique et par une mauvaise adrénaline stagnante, celle du stress qui paralyse. Une minute trente plus tard, il a perdu. L'effort de ce premier combat ne lui a pas permi de passer en aérobie. L'idéal ici serait de sautiller jusqu'aux repêchages mais entre la déception et l'incompréhension face à cette contre-performance, il n'y est plus vraiment. Il reproduit ses séances courtes de sautillements... Lors de son second combat, il n'a pas trouvé de second souffle, il passe à côté de sa compétition.

LauraLaura participe pour la 9ème fois aux championnats de ligue. Elle est stressée. Son corps secrète de l'adrénaline. Elle sautille et s'échauffe de façon modérée mais continue plus d'une demi-heure avant son premier combat. Elle y arrive en plein second souffle, son corps a depuis longtemps passé les filières anaérobie. Dès les premiers échanges, elle est explosive et efficace, semblant même aller plus vite qu'à l'entrainement. Son corps, en pleine filière aérobie, hyper-oxygène son organisme, l'adrénaline circule et comme c'est une amphétamine, elle agit dans ces conditions non pas comme un facteur bloquant, mais comme la Red-Bull qui donne des ailes... Dans les temps morts du combat, Laura sautille, se déplace, fait le plein d'énergie (filière aérobie). Quand ça part à la claque, son corps bascule direct en filière anaérobie alactique, la plus efficace, celle qui se sert des réserves contenues dans les muscles. L'arbitre dit Yamé, elle récupère, et comme elle s'est bien échauffée son coeur repasse à 70% de sa fréquence maximum (en aérobie). Elle refait ainsi en quelques secondes le plein d'ATP au niveau de ses muscles et est à nouveau à fond quand ça repart à la claque... Ou pas. Si elle a pas refait le plein elle va nous faire un peu d'acide lactique (anaérobie lactique), mais c'est pas bien grave. Elle va gagner ce combat et se maintenir dans le rythme pour les suivants. Une erreur à ne surtout pas commettre, c'est se relâcher en National, quand les tours sont très espacés... Il faut maintenir le coeur à environ 50-60% de sa fréquence maximum.

Au travers de ces deux exemples, on voit donc que les 3 filières sont inter-dépendantes. Il est très important de s'échauffer correctement si on veut être efficace. En ce sens, il ne faut pas trop craindre de se fatiguer à l'échauffement. Si la préparation a été bonne, on doit passer le premier cap de fatigue à l'échauffement pour arriver dans son second souffle dès le premier combat. Pour la suite, il suffit de se maintenir sans forcer entre les tours. Un bon athlète peut rester des heures durant dans la filière aérobie, sur un effort tranquille.

 

Au niveau du Kata, on se retrouve avec des efforts explosifs d'une durée inférieure à 1 minute trente, voire deux minutes pour ceux qui exagèrent vraiment le ryhtme... On est donc en pleine filière anaérobie lactique, avec pas mal d'alactique aussi, vu l'aspect fractioné du travail, avec alternance de temps calmes et de démarrages fulgurants. S'échauffer à fond va nous permettre de garder l'explosivité tout au long de notre prestation et de bien récupérer entre chaque passage. Et là aussi, faut faire tourner le moteur entre les tours...

 

Après la parenthèse Kata, la parenthèse enfants. Le métabolisme de base d'un enfant est d'environ 20% supérieur à celui d'un adulte. Il est donc naturellement doué pour la filière aérobie. Par contre, son foie ne sait pas bien recycler l'acide lactique. Mieux vaut donc éviter de travailler sur cette fillière. Alors quand on dit qu'un gosse n'a pas besoin de s'échauffer, c'est peut-être vrai d'un point de vue mécanique, c'est faux d'un point de vue physiologique... Il sera lui aussi bien plus performant s'il s'échauffe bien et reste mobilisé entre les tours...

 

Et pis tant qu'on y est parenthèse passage de grade ! Faut s'échauffer pour passer en aérobie et maintenir entre chaque UV de manière à ce que le plein soit toujours fait. Ju Kumité, on se maintiens tranquillous en aérobie. Jyu-Ippon-Kumité : Anaérobie Alactique. Bunkaï idem. Kihons, Kihons Ippon Kumité et Kata : Anaérobie Lactique. Penser à s'étirer entre les séries et les Katas...

 

On se retrouve le 30 pour voir du côté de la Natation et en savoir plus sur les fréquences cardiaques de travail qui nous permettent de brûler les graisse, de travailler l'aérobie, l'anaérobie lactique et l'anaérobie alactique...

 

FranceKarate.jpg

 

L'équipe de France de Karaté, Championne du Monde en titre a effectué un gros travail au niveau de la préparation physique de ses athlètes...

Partager cet article

Repost 0
Published by Runs - dans Karaté
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog perso de René Castel - Educateur Entraîneur Sportif en Natation et Karaté. Humour, opinions et autres digressions...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories